[Interview] La lecture rapide

Définition Wikipédia :

La lecture rapide est une technique permettant d’accélérer la vitesse de lecture. Elle ne vise pas les apprentissages initiaux de la lecture (jeunes enfants ou adultes analphabètes). Elle consiste principalement à éduquer le regard et à limiter la subvocalisation. Elle peut être complétée par d’autres techniques, comme la lecture dite « en diagonale ». La lecture rapide s’adresse aux lecteurs qui souhaitent soit améliorer leurs performances, soit remédier à des difficultés (lexique, classification, prises d’indice, identification structurelle, etc.).

Vous l’aurez compris, la lecture rapide est une excellente méthode pour gagner du temps. Vous pouvez, soit passer moins de temps à lire toujours autant de livres, soit en passer autant pour augmenter votre nombre de lectures.

Mais alors, pourquoi et comment ?

Afin de répondre à ces questions, je vous propose d’interroger Pierre Sudre. Il est l’auteur du blog jelisvite.fr. Il est enseignant et comme il le dit lui-même, il adore apprendre. Depuis 2020 il a décidé d’enseigner aux gens comment apprendre, et la lecture rapide fait partie des techniques qu’il transmet sur son blog et à travers ses coachings. Il a d’ailleurs été arbitre en 2021 aux championnats du monde de lecture rapide.

Q : pouvez-vous nous expliquer rapidement ce que c’est que la lecture rapide ?

C’est un ensemble de techniques qui permettent soit de lire un texte en intégralité plus rapidement (c’est ce que l’on appelle la lecture rapide linéaire), soit de saisir l’essentiel d’un texte, ou de trouver des informations spécifiques dans un texte donné, sans le lire en intégralité (c’est ce que l’on appelle la lecture rapide non linéaire).

Q : Quels sont les avantages de la lecture rapide ?

Cela permet de lire plus vite, et donc de lire plus. Dans un contexte de concours ou d’examen, pour toutes les épreuves sur dossier – comme les notes de synthèse – c’est un atout considérable.

Q : Quel est le nombre de mots lus en moyenne par un lecteur « normal » ? Par un lecteur « rapide » ?

Un lecteur « normal » lit entre 200 et 300 mots par minutes. Un lecteur rapide peut facilement doubler cette vitesse. Certains lecteurs peuvent aller jusqu’à 1000 mots par minute. Je suis dubitatif, pour ne pas dire plus, sur le fait que l’on puisse aller au-delà sans perdre en compréhension.

Q : D’où est venue votre envie de devenir un lecteur rapide ?

Je n’ai jamais vraiment eu envie de devenir un lecteur rapide. J’ai toujours beaucoup lu et je travaille en général rapidement. C’est en m’intéressant à la lecture rapide que je me suis rendu compte que j’étais déjà un lecteur rapide. Ce que j’ai fait par la suite, c’est que j’ai travaillé certaines techniques pour progresser encore plus dans ma vitesse de lecture. J’ai aussi approfondi la question de la lecture rapide non-linéaire, que je n’avais abordé jusque-là que de façon empirique au cours de mes études.

Q : Comment avez-vous appris ?

J’ai appris seul, en lisant des bouquins dédiés à la question et en pratiquant régulièrement.

Q : Quels ont été les grandes étapes clefs de votre progression ?

J’ai d’abord progressé en termes de lecture rapide linéaire avant de progresser en lecture rapide non-linéaire. J’ai ensuite systématisé ces techniques pour les adapter aux concours administratifs, notamment à l’épreuve de note de synthèse.

Q : Avez-vous atteint votre objectif initial ?

Je n’en ai jamais eu.

Q : Quel est votre vitesse de lecture actuelle ? Avez-vous des objectifs supérieurs ?

Je peux lire sans effort, en lecture linéaire, à plus de 600 mots par minute. S’il le faut, ponctuellement, je peux aller plus vite mais cela réclame de la concentration et de l’énergie.

Q : Est-ce que vous lisez tout en lecture rapide ?

En fait, oui, sauf la poésie et la plupart des romans, du moins ceux écrits en français et où l’on prend plaisir à « faire sonner la langue ». Je me vois mal lire Gracq, Proust ou Flaubert en mode lecture rapide.

Q : En moyenne, combien lisez-vous de livres par mois ? Comment gérez-vous la volumétrie de livres ? (d’un point de vue budgétaire et organisationnel : inscription à la bibliothèque, achat de livres au format numérique, format poche…?)

C’est difficile à dire car j’ai une autre passion qui est le cinéma. J’ai des périodes où je lis beaucoup et d’autres où je lis moins. Ce que je peux vous dire c’est que j’ai beaucoup lu dans ma vie et que je lis encore pas mal. Pour vous donner une idée, je dois lire un livre par semaine en ce moment, qui est une période plutôt « creuse » en termes de lecture. J’achète tous mes livres.

Q : Est-ce que la lecture rapide n’enlève pas le plaisir de la lecture ?

La conduite rapide enlève-t-elle le plaisir de conduire ? Non, c’est même le contraire. Lire c’est comprendre, comprendre c’est faire des relations entre les informations. Plus vous lisez vite, plus ces relations se font facilement.

Q : Peut-on tout lire en lecture rapide ?

J’imagine, oui. Mais parfois ça n’a pas d’intérêt.

Q : En combien de temps puis-je devenir un lecteur rapide ?

Vous pouvez facilement doubler votre vitesse de lecture en quelques mois.

Q : Comment fait-on pour devenir un lecteur rapide ?

On lit mon ebook, on fait les exercices proposés, et si cela ne suffit pas, on peut me contacter pour un coaching.

Q : Quel(s) livre(s) pouvez-vous nous conseiller pour apprendre la lecture rapide ?

La lecture de mon ebook, qui est assez synthétique, et des articles de mon blog ! La méthode de lecture rapide de François Richaudeau n’est pas mal non plus.

Merci d’avoir partagé avec nous ces éléments. Je rappelle que l’on peut retrouver toutes vos techniques sur votre blog jelisvite.fr

1 réflexion au sujet de « [Interview] La lecture rapide »

Laisser un commentaire

Tweetez
Partagez
Partagez
Enregistrer